Bar : un soutien apprécié

Lire le commentaire de Joël Labbé, un élu objectif…

De qui se moque-t-on ? Les décrets européens sont bafoués.

A chacun de faire comme ça l’arrange. Des décrets européens à deux vitesses entre le nord et le sud de la France  (un de juillet à fin décembre en haut à cinq toute l’année en bas…) aux libertés prisent par les uns les autres, sans même s’occuper du repos biologique prôné pour assurer la reproduction de l’espèce, le bar garni plus que jamais les étalages dans toutes les tailles.

Agrimer publie un calendrier de pêche insensé  (cliquez sur le lien, information fournie par la FNPPSF)

Les rayons sont garnis dans les grandes surfaces (cliquez sur le lien, information fournie par la FNPPSF)

Dans la presse (cliquez sur le lien, information dans la presse) Presse régionale

7 Comments Posted

  1. ENFIN DU SERIEUX pour tous!

    Une nouvelle réglementation concernant le bar prendra effet le 01/09/17 “journal officiel de l’Union Européenne” pour toute les zones allant de la Manche à la Méditerranée . Cette interdiction totale des captures a pour but de sauver le stock de bars et de lui permettre de se reconstituer. Ce pour une période de cinq ans et incluant la pêche au leurre.

    Vous pouvez consulter le texte complet ici (cf article 13, page 14) : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32018R0132&from=EN

    Pour vous informer plus précisément sur le sujet, l’évolution des règlements, les différentes actions menées et les données scientifiques disponibles nous vous invitons à consulter les sites des associations, fédérations et organisations suivantes :

    • SOS – Save Our Seabass (français) : http://www.saveourseabass.org/accueil/
    • BASS – Bass’ Anglers Sportfishing Society (anglais) : http://www.ukbass.com/
    • EAA – European Anglers Alliance (anglais) : http://www.eaa-europe.org/
    • Ifremer (français) : http://wwz.ifremer.fr/
    • ICES / CIEM – Conseil International pour l’Exploration de la Mer (anglais) : http://www.ices.dk/Pages/default.aspx
    • FNPPSF – Federation Nationale des Pêcheurs Plaisanciers et Sportifs de France (français) : http://www.fnppsf.fr/

  2. Je ne comprend plus rien! Bonne lecture les Amis!

    France Agrimer encourage les consommateurs à consommer du bar en période de reproduction

    Gwen Pennarun

    20 MARS 2017 — France Agrimer est l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, agissant pour le compte de l’État. Cet organisme public recommande aux consommateurs d’acheter du bar durant la période de frai et lorsqu’il est pêché par des techniques de pêche intensives et non durables ! Par contre, à l’époque de pleine exploitation pour les ligneurs, entre avril et novembre, le bar est indiqué «hors saison », déconseillant ainsi aux consommateurs d’en acheter.
    Ce calendrier de consommation n’est pas un calendrier de la pêche durable mais de la surpêche ! Il conseille d’acheter du poisson au moment où il est pêché de façon intensive, sans tenir compte des techniques de pêche utilisées, des impacts sociaux et écologiques de ces dernières. Il reflète les nombreuses connivences entre les organismes publics, la grande distribution et la pêche industrielle.

  3. Bonne lecture les Amis! (info du 15 03 2017)

    Leclerc, Système U, Intermarché, cessez de vendre du bar lors de la période de reproduction!
    par Gwen Pennarun · 2 353 signataires
    MISE À JOUR SUR LA PÉTITION

    Merci au sénateur Joël Labbé pour son soutien

    Gwen Pennarun
    15 MARS 2017 — « Les mois de février et mars correspondent à la période de reproduction du bar. Le bon sens voudrait que l’on pratique un repos biologique durant cette période, pour mieux préserver la ressource et diminuer la pression de pêche sur l’année. Pourtant, certains navires peu scrupuleux en profitent pour capturer en grande quantité des poissons rendus vulnérables par la saison de frai, et pour les brader auprès de la grande distribution.
    Je soutiens les petits pêcheurs de nos côtes, engagés dans une pêche durable et responsable, qui demandent la mise en place d’un moratoire intégral de la pêche du bar en février/mars sur l’ensemble de la façade Atlantique. Et j’appelle tous les consommateurs à boycotter le bar vendu sur les étals à cette période. Il en va de la survie de l’espèce, comme de l’avenir de la petite pêche. »

    Joël Labbé, sénateur du Morbihan

  4. Bonne lecture les Amis et bonne réflexion!

    Plateforme de la Petite Pêche Artisanale Française

    8 MARS 2017 — Parmi les trois enseignes citées, seule Système U a répondu. Malheureusement à côté. Nous ne demandons pas l’arrêt des promotions sur le bar, nous demandons l’arrêt pur et simple de la vente de bar en février et mars de chaque année. Et donc un repos biologique appliqué à tous les pêcheurs à cette période.

  5. Bonne lecture les Amis !
    Source: Le Journal le MARIN

    Bar : les captures ont doublé à La Cotinière
    Publié le 27/02/2017 15:04
    La production de bar dans le port de l’île d’Oléron a doublé depuis le début de l’année en comparaison avec 2016. On est bien loin de la raréfaction des ressources ressentie par les ligneurs bretons.
    Débarques de bar à La Cotinière début 2016 et début 2017.

    Articles liés
    Bar: aucun souci de ressource pour les pêcheurs du sud Loire
    Les ligneurs dénoncent des fraudes sur le bar en zone nord
    Bar: des plafonds par métier fixés de janvier à mars
    Bar: les ligneurs dénoncent « un arrêt de mort »
    Bar : pêcheurs normands et bretons se mobilisent

  6. Bonne lecture les Amis !

    Plateforme Petite Pêche a ajouté 3 photos.J’aime la Page
    24 février, 11:30 ·
    Gwen Pennarun
    Président de l’association des ligneurs de la Pointe de Bretagne

    A l’attention de :
    Serge Papin, Système U
    Michel-Édouard Leclerc, E. Leclerc
    Thierry Cotillard, Intermarché

    Messieurs les distributeurs, la survie du bar est entre vos mains !

    Le 23 février 2017
    Messieurs,

    Je me nomme Gwen Pennarun, je suis pêcheur professionnel en Bretagne, ligneur de bar depuis plus de trente ans. Mon activité repose intégralement sur cette espèce, et avec lui, ma famille et mon avenir. Je vous écris ce courrier en tant que président de l’association des ligneurs de la Pointe de Bretagne et au nom de tous les pêcheurs qui se reconnaissent dans les valeurs d’une pêche à petite échelle.

    Notre métier consiste à capturer le bar à la ligne, exclusivement. C’est la technique de pêche la plus douce et la plus écologique. Elle n’abîme pas les fonds. Elle permet de cibler spécifiquement le poisson recherché. C’est aussi la seule technique qui permet de rejeter à l’eau tous les poissons trop petits, vivants ! Nous pêchons peu mais notre poisson est d’une qualité exceptionnelle, et il se vend bien. Notre devise n’est pas de faire du volume mais de pêcher peu pour vendre mieux.

    L’association des ligneurs de la Pointe de Bretagne impose à ses adhérents depuis de nombreuses années un repos biologique entre février et mars. En plus de diminuer la pression de pêche sur l’année, ce repos permet de laisser le poisson se reproduire durant la saison cruciale de la reproduction.

    Malheureusement, c’est durant cette période que le bar est particulièrement vulnérable car il se regroupe pour frayer et se laisse capturer en quantités astronomiques par des gros chalutiers ou fileyeurs. Ces derniers ont littéralement mis à sac les populations de bar en Manche, poussant les ligneurs de la zone à sortir de la pêcherie ou à carrément quitter le métier de pêcheur. En plus d’être une pratique de pêche intolérable, perturbant le frai du poisson, surexploitant une espèce fragile, le poisson qu’ils mettent ensuite sur le marché est de qualité désastreuse et est vendu à un prix ridiculement faible, moins de 40% du prix que nous, nous en retirons.

    Plus au sud, dans le golfe de Gascogne, nous constatons depuis plusieurs années une diminution très inquiétante de la ressource de bar. Nos captures de l’année 2016 ont atteint leur plus bas niveau historique, et nous craignons fortement que la ressource de bar de cette zone s’effondre comme elle l’a fait en Manche.

    Comme tous les ans à la même période, nous constatons l’avalanche de promotions de vos enseignes sur ce bar de mauvaise qualité, issu de techniques de pêche non respectueuses du milieu et de la ressource. En réalisant cela, vous vous rendez complices de la surexploitation de cette espèce si précieuse, qui nous faisait vivre, et par là même, de notre propre disparition.
    C’est pourquoi nous en appelons à votre responsabilité et vous demandons de cesser de vendre du bar sauvage durant cette période.

    Je vous prie d’agréer l’expression de nos cordiales salutations.
    Gwen Pennarun

  7. Bonne lecture les Amis!!!

    Les ligneurs dénoncent des fraudes sur le bar en zone nord

    Publié le 21/02/2017 15:06 | Mis à jour le 21/02/2017 19:11
    Les captures de bar au nord de la pointe du Raz sont actuellement interdites aux ligneurs (en février-mars), et limitées aux captures accessoires, plafonnées, pour les autres métiers (toute l’année). Mais « de très nombreux témoignages de fraudes nous parviennent », alerte l’association des ligneurs de la Pointe de Bretagne.
    Elle cite ainsi des « chalutiers hauturiers, appartenant notamment à un gros armement de Bretagne nord, qui capturent du bar en Manche puis descendent en dessous du 48e pour réaliser une déclaration de pêche fictive ». Mais aussi du transfert de bar entre navires afin de respecter le pourcentage de capture autorisé, de la vente de bar en filet au marché noir… Les ligneurs déplorent que le moratoire européen, total pour eux en février et mars, ne soit pas strict pour les autres métiers : les captures accessoires autorisées ouvrent la porte aux fraudes venant anéantir les efforts de gestion. « Le niveau de contrôle en mer et à terre des captures de bar est largement insuffisant », dénonce l’association, dont les demandes de contrôle auprès des autorités « sont restées sans effets ».
    De leur côté les ligneurs constatent des captures en fortes baisses en 2016, « tant en Manche que dans le golfe de Gascogne ». Lors des mois propices, comme au printemps, elles ont rarement dépassé les 30 ou 40 kg par jour contre 100 kg il y a quelques années. Face à cette baisse de ressource, l’association appelle à rendre obligatoire dans le golfe de Gascogne le repos biologique hivernal que s’imposent déjà ses adhérents. Rappelons que les pêcheurs plus au sud dans le golfe de Gascogne ont un point de vue différent, notamment les Cotinards et Ogiens qui eux ont constaté une hausse des ressources en 2016.
    Enfin, l’association dénonce des injustices dans l’accès aux espèces sur lesquelles ses pêcheurs veulent se reporter, mais qui sont sous quota : lieu jaune, maquereau, merlan, licence thon rouge. Les ligneurs appellent le gouvernement à veiller à « la répartition équitable des quotas et des droits de pêche ». Et pointent le risque pour beaucoup de perdre leur licence bar, accordée uniquement aux navires ayant débarqué plus d’une tonne dans l’année : un système récompensant « ceux qui pêchent le plus au détriment des pêcheurs les plus responsables ».
    Communiqué de l’association des ligneurs de la Pointe de Bretagne à l’issue de son assemblée générale 2017.
    Jean-François Leroux
    « Trafics de bars par des chalutiers en zone Nord »

Leave a Reply